Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Syrie: Bachar al Assad se dit à la recherche d'une solution politique dans le sud-ouest du pays

Damas reste déterminée à trouver une solution politique dans le sud-ouest syrien mais la force sera employée si aucun accord n'est trouvé avec les rebelles, a déclaré mercredi le président syrien, Bachar al Assad.
"Nous donnons une chance au processus politique. Si cela ne fonctionne pas, nous n'aurons pas d'autre option que celle d'une libération par la force", a-t-il dit dans une interview accordée à la chaîne de télévision iranienne Al Alam intégralement relayée par l'agence de presse officielle syrienne, Sana.
Le sud-ouest syrien, qui borde la Jordanie et le plateau du Golan sous occupation israélienne, est l'une des dernières zones qui échappe encore au contrôle de Damas depuis que les forces gouvernementales ont reçu le soutien de Téhéran et de Moscou.
Depuis un accord conclu l'année dernière sous l'égide de la Russie, des Etats-Unis et de la Jordanie, les combats ont baissé d'intensité dans le Sud-Ouest, mais Washington a fait part de ses préoccupations devant la perspective d'une opération militaire gouvernementale et a promis des mesures "fermes et appropriées en cas de violation de l'accord".
"Il y a des contacts entre les Russes, les Américains et les Israéliens", a déclaré Bachar al Assad à Al Alam lorsqu'on l'a interrogé sur l'avenir du sud-ouest syrien.
Israël cherche à obtenir de Moscou que ni le mouvement chiite Hezbollah ni d'autres milices chiites contrôlées par Téhéran ne puissent s'installer à proximité de sa frontière.
Dans l'entretien diffusé mercredi, Bachar al Assad a affirmé qu'il n'existait en Syrie aucune base militaire iranienne sans exclure que tel puisse être le cas à l'avenir.
Interrogé sur la présence en Syrie de combattants du Hezbollah, le dirigeant syrien a déclaré qu'ils demeureraient sur le territoire jusqu'à ce que "le Hezbollah, l'Iran ou d'autres jugent que le terrorisme a été éradiqué".
"Le Hezbollah est une composante de cette guerre, la bataille est longue et cette force militaire sera nécessaire un certain temps encore", a-t-il dit.
Bachar al Assad a en outre souligné que si l'Iran et la Russie avaient été invités à contribuer à la résolution de la guerre civile syrienne, les Américains, les Français, les Turcs et les Israéliens étaient considérés comme des puissances d'occupation.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.