Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Yémen : Des organisations humanitaires lancent un appel à Macron pour faire cesser l'offensive sur Hodeïda

Quatorze organisations humanitaires ont écrit à Emmanuel Macron pour lui demander de faire pression sur l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis afin d'éviter une "catastrophe" dans le port yéménite de Hodeïda.
Les forces fidèles au président yéménite en exil ont lancé mercredi, avec le soutien de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, l'assaut contre Hodeïdah, principal port du Yémen qui est aux mains des miliciens houthis.
Pour les signataires de ce courrier publié mercredi, cette offensive rendrait inconcevable de maintenir la conférence humanitaire sur le Yémen organisée par la France le 27 juin à Paris et co-présidée par l'Arabie saoudite.
Les 14 organisations signataires, dont Oxfam, Médecins du Monde, la Fédération internationale des droits de l'Homme, CARE, Action contre la faim et Handicap international, soulignent dans leur courrier que Hodeïda est d'une "importance vitale pour plus de 20 millions de Yéménites".
La ville et sa région comptent 600.000 habitants, et les quatre cinquièmes des biens de première nécessité importés au Yémen transitent par son port.
"Un assaut sur la ville aurait probablement des conséquences catastrophiques sur la population civile", écrivent-elles.
"Nous vous appelons à dire publiquement que la France ne pourra pas continuer à soutenir une partie au conflit qui attaquerait le port de Hodeïda et que toutes les parties responsables de violations contre des civils devront en rendre compte", ajoutent-elles à l'adresse du chef de l'Etat français.
Elles exhortent la France à faire pression sur l'ensemble des belligérants pour qu'ils s'engagent dans les efforts de paix déployés par l'envoyé spécial de l'Onu.
Selon la Croix-Rouge internationale, une offensive contre Hodeïda amplifierait en effet une situation humanitaire déjà catastrophique.
La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a souligné mercredi que la ville portuaire était "un des accès-clefs du Yémen pour acheminer les biens commerciaux et humanitaires aux populations civiles".
"Le président de la République s'est entretenu hier avec Mohammed ben Zayed, prince héritier d'Abou Dabi. Il a évoqué avec lui la situation politique et militaire au Yémen, et notamment à Hodeïda, et a appelé les parties prenantes à la retenue et à la protection des populations civiles", a-t-elle poursuivi.
"La France rappelle que seule une solution politique négociée, y compris à Hodeïda, permettra de mettre fin de manière durable à la guerre au Yémen et d'arrêter la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans ce pays", a ajouté la porte-parole du Quai d'Orsay.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.