Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

L'objectif de mettre fin à l'épidémie de SIDA d'ici 2030 a connu de grandes avancées (ONUSIDA)

A la mi-parcours des engagements accélérés pour 2020 adoptés par l'Assemblée générale en 2016, le monde enregistre de grandes avancées vers l'objectif de mettre fin à l'épidémie de SIDA d'ici 2030, a indiqué mardi un haut responsable à New York.
Selon Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA, des progrès sont accomplis à travers la plupart des 10 engagements de la Déclaration politique sur le VIH/SIDA : Accélérer la riposte pour lutter contre le VIH et mettre fin à l'épidémie de SIDA d'ici à 2030, adoptée en 2016.
"L'épidémie de SIDA n'est pas terminée, mais cette possibilité existe", a assuré le secrétaire général Antonio Guterres, ajoutant que l'ONU émettait cinq recommandations : organiser une révolution en matière de dépistage du VIH et atteindre la cible 90-90-90 (90% des personnes vivant avec le VIH connaissant leur statut sérologique, 90% des personnes dépistées recevant un traitement anti rétroviral et 90% des personnes traitées ayant une charge virale durablement supprimée à l'horizon 2020), accélérer les efforts d'éradication de la tuberculose et d'autres co-infections et co-morbidités, utiliser la feuille de route de prévention du VIH pour accélérer la réduction des nouvelles infections, protéger les droits humains et promouvoir l'égalité des sexes via des dispositifs de prestation de services axés sur les personnes et des cadres juridiques et politiques favorables, et enfin tirer profit du programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) et des services de partenariat pour la santé de l'ONU.
Une majorité de personnes vivant avec le VIH ont accès à un traitement et les décès liés au SIDA ont décliné d'un tiers depuis 2010, mais la pleine réalisation des objectifs d'ici 2020 nécessite la généralisation des approches de dépistage pilotées par la collectivité et axées sur les personnes, un accès immédiat à des soins prolongés ainsi que le respect des traitements.
Le développement rapide de combinaisons de dépistage et de traitement nouvelles et améliorées est fondamental, selon M. Sidibé.
D'après les chiffres de l'ONUSIDA, les progrès dans la réponse globale à la tuberculose et au VIH ont mené à un déclin de plus d'un tiers des décès liés à la tuberculose parmi les personnes vivant avec le VIH.
"L'élimination de la transmission du VIH de la mère à l'enfant reste l'un de nos objectifs", a affirmé M. Sidibé, ajoutant que "de moins en moins d'enfants contractaient le VIH pendant l'accouchement. Cependant, l'amélioration des traitements pédiatriques est en deçà de nos objectifs de 2018, à savoir 1,6 million d'enfants sous traitement".
Un nombre croissant de pays et de villes démontrent qu'une approche préventive combinée respectant et protégeant les droits des plus vulnérables peut réduire drastiquement l'incidence du VIH. La stigmatisation et la discrimination, l'inégalité des sexes, la pauvreté, l'insécurité alimentaire et autres inégalités sociales auxquelles sont confrontés les personnes à haut risque d'acquisition du VIH et les personnes vivant avec le VIH constituent des barrières politiques et juridiques à l'accès aux services et entravent les efforts de réduction des infections par VIH.
L'investissement global est également insuffisant, inférieur de près de 7 milliards de dollars à l'engagement de la Déclaration politique de 2016.
La lutte mondiale contre le SIDA a été à la source d'innovations dans la santé globale, le développement durable et la coordination au sein du système de développement des Nations Unies, a affirmé M. Sidibé.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.