Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Arabie saoudite-Campagne anticorruption: les autorités vont sanctionner les fonctionnaires qui refusent de collaborer

Les autorités de l'Arabie saoudite ont l'intention de trouver et de sanctionner les représentants des structures publiques qui refusent de collaborer avec les services de surveillance dans le cadre de la campagne anticorruption, a annoncé lundi le journal Al-Hayat.
L'Assemblée consultative, la Majlis al Shura, l'organe législatif du pays, a réclamé que la Direction anticorruption «rende publiques les données concernant les organes étatiques et les fonctionnaires impliqués dans la corruption ou refusant d'apporter leur soutien» dans le cadre de la campagne anticorruption d'envergure en cours, informe le journal. Les membres de l'Assemblée devraient étudier mercredi lors de leur réunion des éventuelles «sanctions à l'égard des délinquants», ainsi que «des futurs pas afin de juguler la corruption et le népotisme» au sein des structures publiques.
Le Conseil suprême de lutte contre la corruption, créé début novembre et dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, a autorisé l'incarcération de plusieurs membres de la famille royale, ainsi que d'anciens et d'actuels ministres, fonctionnaires et entrepreneurs. 208 personnes soupçonnées de corruption ont été arrêtées et inculpées, a déclaré le procureur général d'Arabie saoudite, Saoud Al Mojeb. Selon lui, à la suite de malversions des fonds publics, l'Arabie Saoudite aurait perdu 100 milliards de dollars. Les autorités ont souligné que les noms et d'autres données personnelles des suspects ne seraient pas dévoilés.
Parmi les suspects, il y aurait le prince Al-Walid ben Talal, l'un des plus riches hommes du monde, ainsi que Miteb Ben Abdullah, l'ancien chef de la Garde nationale, limogé. Pour la période de l'enquête, tous les comptes privés des suspects ont été gelés, les autorités saoudiennes s'étant adressées aux banques centrales des pays voisins, y compris à celles du Koweït et des Émirats arabes unis, pour détecter les comptes des éventuels corrompus. Ryiad a assuré que les sanctions ne toucheraient pas les sociétés appartenant aux inculpés.

Sputnik


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.