Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 25 Mai 2018

Mali: Le président Boubacar Kéita a accepté de "surseoir" à son projet de révision constitutionnelle

Le président malien Ibrahim Boubacar Kéita a accepté de "surseoir" à son projet de révision constitutionnelle et l'opposition à sa marche prévue ce mercredi, suite à une médiation des chefs traditionnels et religieux.
Ces décisions ont été prises, selon un communiqué publié mardi soir, à la suite d'une rencontre entre la médiation (composée des familles fondatrices de Bamako et des leaders religieux) et la Plateforme "Antè A Bana - Touche à ma Constitution" (société civile et parti politiques opposés au référendum).
"A l'issue de leur rencontre, le samedi 12 août 2017, les familles fondatrices de Bamako et les leaders religieux ont demandé au président de la République de surseoir au projet de révision constitutionnelle et de continuer les concertations afin d'obtenir un consensus. Le Président de la République a accepté ces deux doléances", a précisé le communiqué.
De son côté, à la demande des familles fondatrices de Bamako et les leaders religieux, la Plateforme "Antè A Bana - Touche Pas à ma Constitution" a également accepté pour de surseoir à sa marche prévue ce mercredi, à l'expiration de l'ultimatum fixé au président de la République pour retirer son projet de révision constitutionnelle avant le 15 août 2017.
Dans un communiqué, la Plateforme a annoncé le report de sa "marche citoyenne et populaire" du 16 août 2017, "pour exiger la mise en accusation devant la Haute Cour de Justice de Monsieur Ibrahim Boubacar Keita pour haute trahison".
Ce mouvement de protestation est reporté au samedi 19 août 2017, précise-t-elle en espérant que ce délai "permette d'obtenir du président de la République l'abandon du projet de révision constitutionnelle et une adresse solennelle à la nation dans ce sens".
La Plateforme a organisé quatre grandes manifestions au cours des trois dernier mois pour dénoncer le projet de référendum. Selon elle, il viole l'article 118 de la Constitution en vigueur qui n'autorise pas une révision de la loi fondamentale alors que le pays ne jouit pas de son entière intégrité territoriale (allusion à la situation des régions nord du Mali, où l'administration est absente), et renforce les pouvoirs du président de la République.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.

Algérie: Les importations de carburant ont baissé de 73% au premier trimestre 2018 (Sonatrach)

  M. Karoubi a indiqué que les exportations de Sonatrach ont augmenté de 17% en valeur, au premier trimestre 2018.

Algérie : Le gouvernement dénonce des fuites liées au projet de LFC 2018 et s’explique

  Pour l’exécutif, les critiques dénonçant une atteinte au pouvoir d'achat des citoyens sont infondées.