Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 16 Août 2017

France: Le nombre de personnes radicalisées a augmenté de 60% en deux ans

Le nombre de personnes radicalisées en France a augmenté de 60% en deux ans, d'après les données du fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) publiées vendredi par le quotidien Le Figaro.
Créé en mars 2015, le fichier recense actuellement 18.550 signalements selon Le Figaro, alors qu'il en comptait 11.400 lors des attentats du 13 novembre 2015
"Le fichier évolue constamment, des individus y étant inscrits et d'autres en sortant selon une évaluation permanente des services de l'Etat", est-il précisé.
La proportion de personnes radicalisées est particulièrement forte dans les départements d'Île-de-France, du Nord, des Bouches-du-Rhône, du Rhône et des Alpes-Maritimes. Concernant les profils des signalements, 26% des concernés sont des femmes et 16% des mineurs. 34% des personnes signalées pour radicalisation sont des convertis, révèle le FSPRT.
Dans une interview publiée dans le numéro juillet-août de la revue des anciens de l'Ecole nationale française d'administration "L'ENA hors les murs", Laurent Nunez, qui dirige la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a indiqué que l'organisation terroriste Daesh orienterait sa stratégie "vers l'exacerbation de la menace endogène"
Cité par Le Figaro, le directeur général y décrit des "djihadistes frustrés qui conçoivent une action terroriste sur notre sol comme une alternative à un projet entravé de départ pour la zone syro-irakienne".
"Bien que privilégiant des modes opératoires simples contre des cibles vulnérables ou symboliques (...) ils peuvent chercher à commettre des actions de grande ampleur", a-t-il expliqué, ajoutant que les "primo-terroristes qui passent à l'acte nourrissent le caractère imprévisible de la menace et impriment à celle-ci une cadence opérationnelle soutenue".
Les signalements sont faits notamment par les préfectures via les états-majors départementaux de sécurité qui ont été en 2009 pour répondre "aux nouvelles formes de délinquance, relevant à la fois des violences urbaines et du banditisme classique - phénomènes de bandes, violences dans les établissements scolaires, criminalité liée au trafic de drogue et d'armes", indique Le Figaro.
D'autres signalements peuvent être faits par le Centre national d'assistance et de prévention de la radicalisation ainsi que par l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat).

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Transition énergétique : La Tunisie a pris des engagements, les politiques concrètes tardent à voir le jour

   La Tunisie s’est engagée lors de la COP 21, à réduire le niveau de CO2 de 41% et à atteindre 30% d’énergies renouvelables. Reste la mise en œuvre.

Transition énergétique : La Tunisie a pris des engagements, les politiques concrètes tardent à voir le jour

   La Tunisie s’est engagée lors de la COP 21, à réduire le niveau de CO2 de 41% et à atteindre 30% d’énergies renouvelables. Reste la mise en œuvre.

La mission d’Ouyahia est de "redorer le blason d’un exécutif incohérent" - Belkacem Boukhrouf (Economiste)

   Selon l’économiste Belkacem  Boukhrouf,  Ahmed Ouyahia a pour mission de "redorer le blason d'un Exécutif incohérent, inopérant et sans cap", prendre les décisions impopulaires au plan social et préparer les présidentielles de 2019.