Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 20 Septembre 2017

Trump juge que l'Iran ne respecte pas "l'esprit" de l'accord nucléaire de 2015

Bien que sa propre administration ait jugé mardi que l'Iran respectait l'accord de 2015 sur son programme nucléaire, le président américain Donald Trump a estimé jeudi que Téhéran "n'est pas à la hauteur de l'esprit de l'accord" conclu à Vienne avec les grandes puissances.
Les Iraniens "nuisent à l'accord qui a été signé. C'est un très mauvais accord. Il n'aurait jamais dû être signé", a-t-il déclaré à l'occasion d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni à la Maison Blanche.
Interrogé par un journaliste sur les raisons le poussant à soupçonner l'Iran de tricher, M. Trump n'a pas répondu directement, se contentant d'indiquer que son administration était en train d'analyser cet accord. "Nous aurons des choses à dire à ce sujet dans un avenir pas si lointain", a-t-il ajouté.
Dans une lettre adressée mardi au président de la Chambre des représentants Paul Ryan, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a déclaré que l'Iran respectait les termes de l'accord de Vienne. Il a cependant informé le Congrès que le gouvernement allait réévaluer l'allégement partiel des sanctions internationales contre l'Iran prévu par ce document.
En campagne électorale, Donald Trump n'avait cessé de dénoncer l'accord de Vienne, le qualifiant de "pire accord jamais négocié". Il avait laissé entendre qu'il pourrait forcer Téhéran à le renégocier sous peine de le dénoncer.
L'Iran et le groupe G5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont signé le 14 juillet 2015 à Vienne un accord destiné à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée partielles des sanctions internationales.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Corée du nord, Iran, Venezuela: discours guerrier de Donald Trump à l'Onu

Pour son premier discours devant l‘Assemblée générale de l‘Onu, Donald Trump a adopté mardi une rhétorique guerrière à l’égard de la Corée du Nord, qu‘il a menacée de “détruire totalement”, et à l’égard de l‘Iran, qualifié d’“Etat voyou” promoteur de violences.

Algérie: Une délégation de 20 chefs d'entreprises britanniques prochainement à Alger

Une délégation de 20 chefs d'entreprises britanniques spécialisées dans le secteur des hydrocarbures sera en visite dimanche prochain à Alger, a indiqué mardi à Tizi-Ouzou l'ambassadeur du Royaume-Uni en Algérie, Andrew Noble.

Algérie : Credoc obligatoire pour tous : comment c'est arrivé ! ( De nos archives)

  La LFC 2009 d’Ahmed Ouyahia a causé un préjudice équivalent au déficit de 2016 a déclaré aujourd’hui l’économiste Ferhat Aït Ali. Quand on dit LCF 2009, on dit Credoc obligatoire. Comment cela est arrivé ? Un article publié dans Maghreb Emergent le 21 mai 2010 l’explique. Nous le republions.    Le recours au crédit documentaire comme unique moyen de paiement pour toutes les...