Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Le Maroc présentera officiellement sa candidature pour organiser la Coupe du Monde 2030 de football (ministre)

Sur instructions du Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc présentera officiellement auprès de la Fédération internationale de football association (Fifa) sa candidature pour l’organisation de la Coupe du Monde 2030, a annoncé, jeudi, le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Rachid Talbi Alami.
Le gouvernement s’engage à réaliser l’ensemble des projets qui ont été programmés dans le cadre du dossier de candidature de 2026, a souligné M. Talbi Alami dans une déclaration à la MAP, ajoutant que la Fifa a reconnu la capacité du Maroc d’organiser une compétition internationale de cette envergure.
Le Maroc a mené une campagne transparente dans le cadre de la promotion de son dossier pour abriter le Mondial 2026, a-t-il rappelé, déplorant certaines pratiques bien loin de la déontologie de la Fifa ayant entâché l’opération de désignation du pays hôte de la Coupe du monde 2026.
L’organisation de la Coupe du monde 2026 de football a été attribuée, mercredi à Moscou, à la candidature du trio Etats-Unis-Canada-Mexique.
“United-2026” s’est imposé en vote finale, lors du 68è Congrès de la FIFA, par 134 voix, devant “Maroc-2026”, qui a été soutenu par 65 Fédérations.
Sur ces 65 pays, il y a 14 pays arabes, qui sont l’Algérie, les Comores, Djibouti, Egypte, Libye, Mauritanie, Oman, Palestine, Qatar, Somalie, Soudan, Syrie, Tunisie et Yémen.
Par contre, sept pays arabes ont choisi le dossier Nord-américain. Il s’agit du Bahreïn, de la Jordanie, du Koweït, du Liban, de l’Arabie Saoudite, des Emirats arabes unis et de l’Irak.
Dans le continent africain, quelque 32 pays ont soutenu la candidature du Maroc, qui est également celle de l’Afrique, à savoir l’Angola, le Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République Centrafrique, Congo, Congo DR, Côte d’Ivoire, Érythrée, Ethiopie, Gabon, Gambie, Guinée Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Madagascar, Malawi, Mali, Maurice, Niger, Nigeria, Ouganda, Rwanda, Sao Tome-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Soudan du Sud, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Togo et Zambie.

MAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.