Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Tunisie: L’UTAP appelle à adopter une politique des prix réels, dans la filière du lait, à partir de janvier 2019

L’Union tunisienne de l’Agriculture et de la pêche (UTAP) a appelé de nouveau mercredi à, réajuster le prix de référence du lait et à adopter à partir de janvier 2019, une politique des prix réels dans ce domaine de manière à tenir compte du coût réel, à garantir une marge bénéficiaire conséquente pour l’agriculteur et un rendement économique pour tous les intervenants.
Dans un communiqué rendu public hier, l’organisation agricole fait remarquer que toute tentative pour maîtriser le taux d’inflation et soutenir le consommateur ne devrait pas être menée au détriment de l’agriculteur qui constitue la catégorie sociale la plus vulnérable.
L’UTAP réitère également son appel à mettre en oeuvre le programme national de mise à niveau de la chaîne de production, à travers l’augmentation du nombre des exploitations agricoles, l’approvisionnement en fourrage, la création d’un fonds de santé animale et le renforcement de la production locale des génisses.
Il s’agit aussi d’assurer la gouvernance de la filière dans un cadre professionnel commun.
Selon l’UTAP, la filière de production de lait passe par une situation catastrophique qui met en jeu sa survie compte tenu de l’accumulation des pertes aux différents niveaux de la chaîne de production et de l’endettement des opérateurs en raison de la hausse des prix des fourrages grossiers et composés et de la main d’œuvre, outre le glissement du taux de change et partant la hausse du coût de l’importation.
L’organisation agricole indique avoir remarqué la baisse de troupeaux de plus de 30% pour le bétail de race, en raison de l’abattage anarchique et de la contrebande ainsi que la baisse de 25% aux niveaux des quantités produites durant la période de haute lactation.
Elle dénonce également l’importation, par le ministère du Commerce, de 10 millions litres de lait, moyennant 1,800 dinar/litre, estimant que cette action apporte un soutien à l’agriculteur étranger au détriment de l’agriculteur tunisien.
“Les impacts économiques et sociaux seront graves sur tous les intervenants, notamment les petits exploitants qui représentent 95% des éleveurs”, estime l’UTAP dans son communiqué.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.