Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

La BAD organise un séminaire sur les zones de transformation agroalimentaire en Afrique du 12 au 14 février à Tunis

Un séminaire sur« la valorisation des connaissances sur les défis et opportunités liés à l’aménagement et à la mise en œuvre des zones de transformation agroalimentaire en Afrique » sera organisé, du 12 au 14 février 2018, à Tunis, à l’initiative du ministère tunisien de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche et de la Banque africaine de développement.
S’inspirant des analyses et conclusions d’une étude menée par la Banque auprès d’un échantillon de 10 pays africains, ce séminaire aura pour objectifs de tirer les enseignements et les bonnes pratiques à partir des diverses expériences africaines en matière d’aménagement et de mise en œuvre des zones de transformation agroalimentaire (ZTA), précise un un communiqué de la BAD, rendu public vendredi 9 février.
Les analyses, conclusions et recommandations de l’étude permettront des discussions entre dirigeants du secteur public sur les actions à mener pour lever les obstacles et favoriser le développement de l’agro-industrie sur le continent.
Ce séminaire vise à favoriser l’élaboration de plans directeurs nationaux pour le secteur agro-industriel, la conclusion d’accords de coopération Sud-Sud en vue de l’exploitation des connaissances à travers l’exportation et l’adaptation des bonnes pratiques, l’établissement de Partenariats Public-Privé (PPP) innovants et adaptés au contexte et la création d’agro-entreprises en vue de générer des emplois et favoriser une croissance africaine forte et inclusive.
L’agriculture en Afrique fournit 61% des emplois mais ne représente que 25% du PIB. Ce décalage s’explique principalement, selon la BAD, par le manque de modernisation du secteur, qui entraîne une faible productivité et partant, un appauvrissement des populations, qui pourrait cependant être évité.
A titre d’exemple, bien que le continent abrite plus de 65% des terres arables mondiales, il dépense annuellement près de 35 milliards de dollars américains en importations alimentaires. En outre, les pays subsahariens subissent d’énormes pertes après les récoltes pouvant atteindre 35 à 50% de la production totale pour les produits agricoles périssables, tels que les fruits et les légumes.
L’absence de transformation pour les produits agricoles impose un lourd tribut à l’Afrique. C’est le cas pour la Côte d’Ivoire, premier producteur au monde de cacao (40% de la production mondiale), qui ne produit presque pas de chocolat. De même, la Tunisie produit annuellement 180 000 tonnes d’huile d’olive, mais moins de 10% de la production est conditionnée dans le pays, le reste étant exporté en vrac.
Le développement de l’agro-industrie, qui figure parmi les priorités de la stratégie “Nourrir l’Afrique” de la BAD, apporterait des réponses aux nombreux défis de développement que le continent doit relever, en matière notamment de création d’emplois, de nutrition, de développement rural, d’accès aux marchés et de compétitivité.
Le séminaire réunira une centaine de représentants issus des départements sectoriels de l’agriculture et de l’industrie, venus notamment du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Mozambique, de la Tanzanie et du Togo.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.