Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

Maroc-Procès d’Al Hoceima: une nouvelle audience fixée pour mardi prochain

Une nouvelle audience du procès des événements d’Al Hoceima est fixée pour mardi prochain, a indiqué le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca, à l’issue d’une séance tenue vendredi.
Lors de cette audience, qui s’est déroulée en présence de tous les accusés, la défense de la partie civile a insisté sur la nécessité d’une réplique aux vices de procédures, relevés par la défense des accusés, compte tenu qu’ils ont été soulevés devant une juridiction compétente, a-t-il souligné dans une déclaration de presse.
La défense de la partie civile a également rappelé que l’État s’est constitué partie civile au nom des membres des forces de l’ordre agressés, dont certains souffrent d’une paralysie partielle, a-t-il ajouté.
Elle a, en outre, qualifié de « sans fondement » les allégations de torture des détenus qui ont déclaré, ainsi que certains de leurs avocats, n’avoir pas subi d’actes de violence, observant notamment que la loi autorise la force publique à intervenir pour disperser un attroupement armé ou une manifestation non-autorisée sur la voie publique, a poursuivi le procureur général.
La défense de la partie civile a rappelé, à cet égard, que le Maroc a adopté la Convention contre la torture, et a reçu le sous-comité onusien pour la prévention de la torture, qui s’est félicité dans un communique rendu public le 31 octobre 2017 de la législation et des réformes en vigueur en matière de lutte contre la torture.
Les mis en cause sont poursuivis, chacun en ce qui le concerne, de plusieurs chefs d’inculpation, notamment, “atteinte à la sécurité intérieure de l’État”, “tentatives de sabotage, de meurtre et de pillage”, “réception de fonds, de donations et d’autres moyens matériels destinés à mener et à financer une activité de propagande à même d’attenter à l’unité et la souveraineté du Royaume”.
Ils sont également accusés “d’ébranler la loyauté des citoyens envers l’État marocain et les institutions nationales”, “la participation à l’organisation d’une manifestation non autorisée” et “la tenue de rassemblements publics sans autorisation”.

MAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.