Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

Tunisie: L'ONU exhorte les autorités à garantir le droit de manifester pacifiquement

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme (HCDH) a appelé vendredi les autorités tunisiennes à veiller à ce que les personnes qui manifestent ne soient pas arrêtées arbitrairement et à ce que toutes les personnes détenues soient traitées dans le plein respect de leurs droits à une procédure équitable.
Selon la presse, des heurts ont éclaté dans plusieurs villes de Tunisie ces derniers jours en marge d'un mouvement de contestation contre la cherté de la vie qui secoue le pays sept ans après la révolution qui avait emporté le régime de Zine el-Abidine Ben Ali, le 14 janvier 2011.
"Nous suivons de près les manifestations dans toute la Tunisie et la réaction des autorités", a déclaré le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d'une conférence de presse à Genève. Il s'est dit inquiet du nombre élevé d'arrestations - 778 personnes depuis lundi, dont environ 200 âgées entre 15 et 20 ans.
"Les autorités doivent veiller à ce que ceux qui exercent leur droit à la liberté d'expression et de réunion pacifique ne soient pas empêchés de le faire. En prévision du 14 janvier, date anniversaire de la révolution de 2011, il est particulièrement important de s'assurer que les manifestants puissent manifester pacifiquement", a-t-il ajouté.
Selon les informations obtenues par le HCDH, il y a eu des pillages, du vandalisme et de la violence, y compris des dégâts causés à des commissariats de police et à des magasins. "Nous appelons tous ceux qui descendent dans la rue à faire preuve de retenue et de calme. Les manifestants pacifiques ne doivent pas être tenus pour responsables ou pénalisés pour les actes de violence commis par d'autres", a dit M. Colville.
Le HCDH a exhorté toutes les parties "à travailler ensemble pour résoudre, dans le plein respect des droits de l'Homme, les problèmes économiques et sociaux qui sous-tendent les troubles".
De son côté, le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux Affaires politiques, Jeffrey Feltman, se trouvait vendredi en Tunisie, où il devait notamment rencontrer le président. L'objectif de cette visite est de réaffirmer le soutien des Nations Unies à la population et au gouvernement alors qu'ils continuent de consolider la transition démocratique du pays.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.