Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   TAP
  • samedi 16 décembre 2017 11:49

Tunisie: Entretien BCE-Fayez El Sarraj à Tunis

 

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a reçu, vendredi, au palais de Carthage, le président du conseil présidentiel du gouvernement de l’entente nationale de Libye, Fayez el-Sarraj.
Selon el-Sarraj, cette visite s’inscrit dans le cadre de la concertation continue entre les deux parties et de la détermination à informer le président Caïd Essebsi du développement de la situation politique en Libye et des résultats des concertations avec nombre de chefs d’Etat dont le président américain, Donald Trump.Ces derniers, a-t-il dit, ont affirmé leur soutien à la stabilité en Libye et leur attachement à l’action politique initiée par l’émissaire onusien, Ghassen Salamé.
Cité dans un communiqué de la présidence de la République, el-Sarraj a, aussi, réitéré le soutien des différentes parties internationales au plan des Nations Unies pour résoudre la crise en Libye et aux efforts de l’émissaire onusien pour la mise en application de celui-ci, dont l’organisation des élections législatives et présidentielle dans les meilleurs délais.
Sur un autre plan, al-Sarraj a indiqué que la question de la migration irrégulière est une responsabilité partagée qui doit être traitée dans le cadre de la coordination et de la coopération avec les pays européens, les pays africains et les organisations internationales y afférant.
Il a dit refuser catégoriquement l’idée de l’installation des migrants irréguliers en Libye.
De son côté, le président de la République a souligné que la question de la stabilité en Libye est d’une importance capitale pour la Tunisie.
Il a, dans ce contexte, rappelé les principes et objectifs de l’initiative tunisienne pour un règlement politique global de la crise en Libye, dans le cadre de la légitimité internationale et de l’entente politique de 2015.
Le chef de l’Etat a, en outre, exprimé son soutien à tout ce qui est de nature à contribuer à encourager les différentes parties libyennes au dialogue et au consensus afin de surmonter ce blocage, appelant les protagonistes libyens à faire des concessions pour surmonter la crise actuelle.
“La Tunisie est déterminée et s’engage à continuer de soutenir l’action politique en Libye”, a-t-il souligné, rappelant la réunion des ministres des Affaires étrangères de Tunisie, d’Algérie et d’Egypte prévue dimanche à Tunis.
L’entretien a, également, permis de passer en revue les questions d’intérêt commun dont la cause palestinienne ainsi que les retombées de la décision de l’administration américaine de transférer l’ambassade des Etats Unis à Al-Qods.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...