Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Agences
  • samedi 16 décembre 2017 11:28

Maroc: Plus de 1.444 anomalies relevées à la bourse de Casablanca en 2016

 

Sur un total de 250 séances de cotation à la Bourse de Casablanca, 1.444 anomalies ont été relevées, indique le rapport annuel 2016 de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), selon laquelle 12 dossiers ont été soumis pour analyses approfondies et 4 autres feront l'objet d'une enquête.
Au total, l'AMMC a consigné dans son dernier rapport des sanctions à hauteur de 469.000 dirhams. Il s'agit de sanctions administratives prononcées à l’encontre de :
2 sociétés de bourse (Crédit du Maroc Capital, MENA CP) pour retard de transmission de la liasse fiscale ;
6 banques (Attijariwafa Bank, BMCE Bank, BMCI, Al Barid Bank, Arab Bank, CFG Bank) pour des retards de transmission du reporting réglementaire relatif aux opérations de prêt de titres, du rapport du contrôleur interne ;
et 3 émetteurs faisant appel public à l’épargne (Alliances Développement Immobilier, Alliances Darna, Stroc Industrie) pour retard de publication de l’alerte sur les résultats, des états financiers sociaux consolidés et des états de synthèse annuels.
Par ailleurs l'AMMC relève dans son rapport qu'au cours de l’année 2016, huit plaintes ont été traitées avec un délai moyen de traitement de 77 jours. Sur l’ensemble des plaintes traitées, sept ont donné lieu à une action de l'Autorité.
Dans le détail, trois plaintes portent sur une contestation de comportements de teneurs de comptes titres et 2 concernent des émetteurs.
Une des plaintes concerne un différend avec une société de gestion d’OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) et la dernière ne relève pas de différend particulier et ne cible pas un intervenant spécifique.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...