Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

Algérie: Les mécanismes et dispositifs de lutte contre la corruption au centre d'une rencontre à Alger

Les mécanismes et dispositifs dont dispose l'Algérie en matière de prévention et de lutte contre la corruption ont été, mardi, au centre d'un débat ouvert entre les étudiants de l'Ecole nationale d'Administration (ENA), les cadres de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC), l'Office central de répression de la corruption et la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF).
A cette occasion, le Secrétaire général de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption, Abderezzak Sebkak a précisé que cet organe "jouit d'une indépendance et a été promu organe consultatif constitutionnel au terme de la dernière révision de la Constitution"
Dans son aspect organisationnel, l'organe comprend, outre son président, un conseil de veille et d'évaluation composé de six membres désignés par décret présidentiel pour une durée de 5 ans renouvelable une seule fois et comporte trois divisions: La première est chargée de la documentation, des analyses et de la sensibilisation, la deuxième est chargée du traitement des déclarations de patrimoine, alors que la troisième prend en charge la coordination et la coopération internationale.
Entre autres missions, l'ONPLC est chargé de l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre la corruption en collaboration avec tous les secteurs concernés et adresser un rapport annuel au président de la République.
L'action de l'organe s'est traduite par un programme de formation qui a touché tous les secteurs (administrations centrales et locales) ainsi que la sensibilisation et la prévention contre la corruption, a-t-il rappelé.
De son côté, le directeur général de l'office central de répression de la corruption, Mohamed Mokhtar Rahmani a précisé que l'Algérie a adopté les deux normes élémentaires de la convention des Nations Unies contre la corruption que sont la prévention et la répression.
M. Sebkak indique que l'office est "un service central opérationnel de la police judiciaire qui collecte et exploite toutes les informations liées à la corruption".
Les opérations de recherche et d'investigation effectuée par l'office "ont abouti à des résultats concrets à la faveur d'une coopération avec les différents organismes et institutions", a-t-il fait savoir.
"La dangerosité des crimes de corruption exige les efforts de tous", a souligné ce responsable, ajoutant que "la prévention demeure le meilleur moyen pour lutter contre la corruption.
Pour le président de la CTRF, Abdenour Hibouche "la lutte contre le blanchiment d'argent, la corruption et le financement du terrorisme constitue un défi mondial", précisant que l'Algérie a adapté son système législatif à cet effet et collabore avec les organisations internationales".
Cette rencontre a été organisée sous le slogan "Tous unis contre la corruption", à l'occasion de la journée internationale de lutte contre la corruption.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.