Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

Algérie-Restauration des vieilles bâtisses à Alger: plus de 50 jeunes formés dans six spécialités

Plus de 50 jeunes ont été formés en moins de deux ans dans six spécialités liées à la restauration des vieilles bâtisses au niveau des centres de formation professionnelle de la wilaya d'Alger, notamment après le lancement d'importants ateliers de restauration dans la capitale, a affirmé mardi le Directeur de la formation professionnelle de la wilaya, Ahmed Zegnoune.
S'exprimant en marge de la session ordinaire de l'Assemblée populaire de la wilaya d'Alger, M. Zegnoune a indiqué que les centres de formation professionnelle de la wilaya ont formé en moins de deux ans plus de 50 stagiaires dans six spécialités (peinture, chauffage, plomberie, plâtre et autres) pour la restauration des vieilles bâtisses, notamment après le lancement d'importants chantiers à Alger, confiés à des professionnels étrangers.
Tous les stagiaires ont décroché après leur stage un poste permanent au niveau de ces chantiers, a-t-il ajouté. 
Le directeur de wilaya de la formation professionnelle a annoncé la sortie, mars prochain, d'une première promotion de 23 techniciens supérieurs dans le domaine de la restauration des vieilles bâtisses.
Cette promotion, première du genre à Alger, a été formée à la demande des autorités locales qui ont manifesté un besoin urgent dans ces spécialités, notamment après le lancement d'importants chantiers de restauration de vieilles bâtisses, a fait savoir le même responsable.
Ces spécialités sont pour l'heure "au stade expérimental" bien que figurant dans la nomenclature nationale des spécialités, explique M. Zegnoune, qui regrette le désintéressement des jeunes pour ces spécialités, qui garantissent pourtant un poste d'emploi pour chaque stagiaire.
La direction de la formation professionnelle de la wilaya organise des journées d'études et de sensibilisation au profit des jeunes, au niveau des places publiques, pour les amener à se tourner vers les métiers du bâtiment qui "ne sont plus aussi durs qu'avant", a ajouté le même responsable. 
Pour sa part, le wali d'Alger a affirmé que plus de 12.000 emplois ont été créés et plus de 400 entrepreneurs recrutés à la faveur des opérations d'aménagement et de restauration des vieilles bâtisses lancées au niveau de la capitale.  

APS


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...