Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   APS
  • samedi 11 novembre 2017 12:59

Algérie-Elections: Appels des candidats à la décentralisation de l'administration

 

 

Le treizième jour de la campagne électorale pour les locales du 23 novembre prochain a été marqué vendredi par les appels des candidats à la décentralisation de l'administration locale qui doit jouer un rôle plus actif dans le développement socio-économique, et à la nécessité d'oeuvrer à la consolidation de la stabilité du pays.

Ainsi, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a relevé à Chlef, que la sécurité et la stabilité étaient des facteurs ayant favorisé l'édification du pays et la relance du développement local.

Il a rappelé, à cet égard, "la sécurité et la stabilité rétablies après la tragédie nationale ont permis de faire sortir l'Algérie de la crise et contribué à l'édification du pays", mettant en évidence, entre autres, les importantes réalisations accomplies en matière de logements et les projets de développement lancés dans le cadre du programme du président de la République.

Lors d'un meeting animé, plus tôt, à Tiaret, M. Ouyahia, a plaidé, également, pour la décentralisation de la gestion à même d'assurer le développement et résoudre les problèmes du pays.

Pour le SG du RND, la décentralisation "est le remède aux maux de l'Algérie", soulignant qu'"il est devenu primordial aujourd'hui de l'imposer pour régler les différents problèmes liés à la gestion et au blocage du développement".
Il a ajouté, par la même occasion, que son parti propose également une réforme des communes à travers l'octroi de larges prérogatives et responsabilités aux maires pour qu'ils puissent gérer leurs communes et mettre en oeuvre leur programme.

De même pour le président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), Mohamed Saïd, qui s'est exprimé en faveur d'un élargissement des prérogatives des élus locaux, considérant que les erreurs commises par le passé par certains élus locaux ''ne doivent pas constituer un alibi permanent pour la limitation des prérogatives des élus des Assemblées locales''.

Il a soutenu que les prochaines échéances offrent une "véritable opportunité pour le changement", en invitant les jeunes, notamment, à participer à la gestion de ces Assemblées", appelant à aller en masse aux urnes le jour du vote.

Pour sa part, le président du mouvement El Islah, Filali Ghouini, a souligné à Sétif que la réconciliation nationale représente ce que "l'Algérie a réalisé de mieux après le référendum pour l'indépendance", appelant à "sa finalisation jusqu'à ce qu'elle atteigne son apogée''.

Le secrétaire général du parti du Front de libération national (FLN), Djamel Ould-Abbas, a appelé à Batna, à la préservation de l'unité nationale, faisant part de l'engagement de son parti à oeuvrer à léguer le flambeau "progressivement" à la jeunesse pour prendre le relai.

Le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaid a plaidé, dans le même contexte, à Oum El Bouaghi, en faveur d'une analyse de la situation du pays pour trouver les remèdes adéquats aux problèmes posés.
Abordant les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes, qui ont "perdu confiance", il a jugé nécessaire de "connaitre les raisons de cette perte de confiance" en instaurant un dialogue pour trouver les solutions idoines.
Dans le même sillage, le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes, s'est également prononcé, à partir de Sétif, pour l'élargissement des prérogatives des élus locaux, en appelant aussi à apporter des amendements aux codes de la commune et de la wilaya, et à la décentralisation de la gestion au niveau local.
Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabes, s'est penché, quant à lui, à Bejaia, sur la conjoncture économique du pays, considérant que la crise qui l'enserre "n'est pas d'ordre financier, mais tient beaucoup plus au facteur humain et au manque de compétences".
"La crise n'est pas financière. C'est, d'abord, une crise d'hommes", a-t-il martelé, en relevant "l'absence de compétence au sein des sphères de décision, ayant mis à mal le pays".
Il a également déploré un "manque de vision et de profondeur" dans les décisions prises et les "insuffisances en terme d'anticipation sur le cours des événements".
Pour M. Belabes, "les solutions existent" et la clé de la réussite tiendrait dans "la gestion solidaire, transparente et efficace des affaires publiques". "Ce qui, selon lui, n'a de chance de se concrétiser que par l'instauration d'une vraie démocratie".


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.