Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Agences
  • samedi 11 novembre 2017 12:15

Tunisie: vers une coordination entre Ennahdha, Nidaa et l’UPL

 

Les partis Ennahdha, Nidaa Tounes et l’Union patriotique libre (UPL) vont prochainement créer une coordination politique, indique samedi la radio Mosaïque FM.
La radio a précisé qu’une réunion se tiendra, le lundi 13 novembre, entre Rached Ghannouchi, Hafedh Caid Essebsi et Slim Riahi, en présence des présidents des blocs parlementaires de leurs partis, dans le local de Nidaa Tounes, aux Berges du Lac, à Tunis, pour donner naissance à cette coordination.
Cette coordination, qui vise à soutenir le gouvernement d’union nationale , va tenir des réunions consultatives périodiques avec le chef du gouvernement Youssef Chahed, rapporte encore Mosaïque FM.
Il n’est pas difficile de comprendre que le projet de cette coordination vient en réaction à la création annoncée du Front parlementaire, initiative lancée par les blocs Al-Horra (Machrou Tounes) et Afek Tounes, et qui regroupera une quarantaine de députés, dont beaucoup issus de Nidaa, et qui se donne pour mission, lui aussi de soutenir le gouvernement Chahed.
Le soudain rapprochement de Slim Riahi des partis Ennahdha et Nidaa, qu’il critiquait vertement il n’y a pas si longtemps, s’explique aisément: étant aux prises avec des poursuites judiciaires pour blanchiment d’argent, l’homme d’affaires cherche, visiblement, la protection des deux partis de la majorité.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.