Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

Tunisie: L'IPCC décide de renvoyer le projet de loi sur la réconciliation administrative au président de la République

L'instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des lois (IPCC), réuni mardi, a décidé de renvoyer le projet de loi organique n°49 de 2015 relatif à la réconciliation administrative au président de la République, en l'absence de la majorité des voix requise pour rendre un verdict sur ledit projet de loi.
Le projet de loi sur la réconciliation administrative controversé adopté en septembre dernier par 117 députés, à l’issue d’une journée de débat houleux, accorde une amnistie aux fonctionnaires accusés d’être impliqués dans des faits de corruption administrative et n’ayant pas touché de pots-de-vin, rappelle-t-on.
"En l'absence de la majorité requise pour trancher la question du pourvoi contre le projet de loi sur la réconciliation administrative, la loi exige le renvoi de ce dernier au président de la République", a déclaré le secrétaire générale de l'instance, Hayder Ben Amor, mardi à l'agence TAP.
"Le président de la République dispose de la latitude pour ratifier et publier cette loi dans le JORT ou bien le soumettre à nouveau à l'examen devant le parlement", a encore précisé Ben Amor.
L'Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi avait décidé, le 9 octobre 2017 de reporter d'une semaine le délai de recours contre la loi de réconciliation administrative, rappelle-t-on.
Hayder Ben Amor avait, auparavant, démenti les informations selon lesquelles "les membres de l'instance subissent des pressions pour ne pas examiner les recours et faire passer la loi en question".
Au cours d'une conférence de presse, tenue mercredi 4 octobre 2017, par l'Association tunisienne des jeunes avocats (ATJA), des députés et des activistes de la société civile avaient exprimé la crainte que les recours contre cette loi ne soient pas examinés par l'Instance de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi "en raison de la pression exercée sur certains de ses membres".
Après l'adoption du projet de loi sur la réconciliation administrative, le groupe du Front populaire au parlement avait déposé une requête signée par 38 députés appartenant au Front, mais aussi au Courant démocrate, en plus de députés indépendants.
La requête a comporté, au total, 10 recours concernant les circonstances d'adoption de la loi en plénière ainsi que les procédures de renvoi par la commission de la législation générale du projet en plénière. Les signataires y reprochent la non constitutionalité du contenu de cette loi de réconciliation dans le domaine administratif.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.