Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Algérie-Sécurité sociale: toutes les branches en "équilibre", hormis celle de la retraite (responsable)

Toutes les branches de la sécurité sociale sont en "équilibre", à l'exception de celle de la retraite qui  connait des "difficultés" financières, a affirmé mercredi à Alger, le Directeur général de la Sécurité sociale au ministère du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, Djaouad Bourkaib.
"Toutes les branches de la Sécurité sociale (maternités, maladies, invalidités, chômage, accidents de travail, maladies professionnelles, etc) sont en équilibre et ne souffrent d'aucune difficulté financière, à l'exception de la branche retraite", a affirmé M. Bourkaib sur les ondes de la Radio nationale, précisant que la situation difficile des systèmes de retraites est "une tendance mondiale" due à la conjoncture économique, aux évolutions démographiques, à l'accroissement de l'espérance de vie, etc.
Ce responsable s'est félicité, du fait que, face au déficit de la branche retraite, l'Etat a pris d'autres mesures "propres à l'adaptation du système national de retraite", citant celle contenue dans la LF 2018 relative à "la subvention d'équilibre exceptionnelle", ainsi que la contribution de solidarité prélevée à hauteur de 1% sur les opérations d'importation de marchandises.
"L'Etat reste garant d'un système de protection sociale important et confirme sa nature sociale", a-t-il tenu à relever, arguant que  "c'est la première fois que la branche retraite bénéficie d'une subvention-équilibre pour 2018 de l'ordre de 500 milliards de DA", montant représentant la dette de Caisse nationale de retraite (CNR).
Quant au Fonds de réserve de la retraite, destiné aux générations futures et financé sur la base de 3% de la fiscalité pétrolière, il a atteint actuellement les 429 milliards de DA, a-t-il révélé.
M. Bourkaib a ajouté qu'un montant supplémentaire de 66 milliards DA est attendu alors que la LF 2018 prévoit d'y verser 88 milliards DA, ce qui représente, un montant global "assez intéressant" pour ce Fonds pour les 10 prochaines années.
Faisant savoir que les quotes-parts de cotisations à la sécurité sociale s'élèvent aujourd'hui à 400 milliards de DA, le même responsable a assuré que la Caisse nationale des Assurances sociales (CNAS) a "même eu des excédents utilisés dans le cadre de la solidarité".
Tout en affirmant qu'"aucun système de répartition au monde, fonctionnant uniquement par les cotisations, n'est en équilibre", l'hôte de la radio a indiqué que le nombre d'actifs immatriculés au niveau de la CNAS est d'un peu plus de 6 millions alors qu'ils sont plus de 12,5 millions d'assurés sociaux, dont les inactifs (étudiants, retraités...) auxquels s'ajoutent les ayant-droits des assurés, ce qui donne lieu à une couverture totale de plus de 37 millions de personnes.
Compte tenu de ces paramètres, la caisse s'est fixée comme objectif pour les prochaines années, d'atteindre 3 millions nouvelles affiliations et ce, grâce au nouveau dispositif mis en place, a poursuivi M. Bourkaib, qualifiant celui-ci de "plus pertinent et de plus efficace".
Il s'agit, a-t-il détaillé, de mesures de "redressement" prises par les pouvoirs publics dans le cadre du plan d'action du Gouvernement, d'une part et du projet de Loi de finances 2018 et ce, à travers des "actions ciblées", à savoir la récupération des fraudes, la lutte contre l'évasion fiscale et les non-déclarations, les recouvrements forcés, la mise en place de nouveaux instruments de contrôle, etc.
Dans ce cadre, M. Bourkaib a encouragé les personnes activant dans l'informel à s'affilier "volontairement", mettant en avant "l'avantage majeur" de ce faire et précisant qu'un processus de trois ans est prévu à ce effet.
L'enjeu, a-t-il explicité, étant "l'élargissement de la base cotisante" qui passe également par "de nouvelles mesures inclusives visant à intégrer le secteur informel ainsi que par les nouvelles formes de travail".

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.