Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Tunisie: Le pôle judiciaire et financier se saisit de l'affaire impliquant l'homme d'affaires Mohamed Fekih et 12 fonctionnaires publics

Treize personnes impliquées dans une affaire de blanchiment d'argent, dont l'homme d'affaires Mohamed Fekih, un directeur régional du commerce et le directeur central d'une banque privée, ont été placées en garde à vue sur ordre du ministère public, apprend l'agence TAP mercredi de source informée auprès de la présidence du gouvernement.
La même source a ajouté que dans le cadre de la lutte contre la corruption, un autre réseau spécialisé dans la contrebande du prêt-à-porter a été démantelé par les services relevant de la direction des enquêtes douanières.
L'activité du réseau consiste en l'importation, au profit de plusieurs commerçants, de marchandises diverses dont la valeur est calculée à partir de son poids. A cela s'ajoute différentes commissions, pots-de-vin et autres virements bancaires suspects servant à faciliter l'octroi des autorisations et des documents relatifs au contrôle technique.
Selon la même source, le pôle judiciaire, économique et financier s'est saisi de l'affaire dont certains crimes sont passibles d'une peine de 20 ans de prison.
Voici la liste des chefs d'inculpations retenus à l'encontre des suspects :
- Blanchiment d'argent
- Trafic de devises
- Importation sans déclaration de marchandises prohibées
- Fausse déclaration sur la nature et la valeur ou l'origine des marchandises
- Importation de marchandises non conformes aux normes techniques
- Fausse déclaration dans la désignation du destinataire réel
Plus tôt dans la journée, le porte-parole du pôle judiciaire financier, Sofiène Selliti a confié à l'agence TAP que le ministère public a décidé de placer en garde à vue l’homme d’affaires, Mohamed Fekih et 12 cadres et fonctionnaires des différentes administrations publiques.
La garde à vue intervient sur fond d'investigations menées par la Direction des enquêtes douanières en rapport avec des infractions douanières et des crimes de change et de blanchiment d’argents, a-t-il précisé.
L’homme d’affaires Mohamed Fekih a été arrêté et assigné à résidence surveillée fin septembre dernier, conformément à la loi sur l’état d’urgence, rappelle-t-on.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.