Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

Algérie: Appel du FCE à soutenir les pouvoirs publics face à la conjoncture économique

Le président de Forum des chefs d'entreprises (FCE), M. Ali Haddad, a appelé mercredi les membres de cette organisation patronale à soutenir les pouvoirs publics face à la conjoncture économique actuelle, et a exprimé son appui au plan d'action du gouvernement.
Cet appel a été lancé lors d'une réunion du conseil exécutif du FCE "qui a été une occasion pour moi de lancer un appel aux membres du FCE afin de se mobiliser et de soutenir les pouvoirs publics face à la conjoncture économique actuelle, et de déployer les efforts à même d'améliorer la situation économique du pays", a déclaré M. Haddad à la presse à l'issue de cette réunion.
"Nous soutenons le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et le ministre de l'Industrie, Youcef Yousfi, et nous serons à leurs côtés pour développer l'économie nationale dans divers secteurs dont essentiellement les mines, l'industrie et l'agriculture", a-t-il ajouté.
Il a également fait savoir que cette réunion avait abordé plusieurs points dont le financement non conventionnel proposé par le gouvernement dans son plan d'action.
A ce propos, il a été convenu de soumettre au gouvernement des propositions sur ce type de financement dans les prochains jours, a indiqué M. Haddad.
En réponse à une question de la presse sur l'apport du secteur privé dans le financement des projets, et ce, sans compter particulièrement sur le financement de l’État, M. Haddad a estimé que les entreprises ne pouvaient continuer à se financer uniquement par leurs fonds propres et par les crédits bancaires.
"Comme industriels et entrepreneurs, nous comptons avec ce financement (non conventionnel) nous remobiliser et nous donner le temps de bien relancer les affaires", a-t-il ajouté.
Pour rappel, le plan d'action du gouvernement, qui sera présenté dimanche prochain par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, à l'APN, prévoit une série de mesures visant à améliorer la gouvernance financière du pays dont le recours exceptionnel et transitoire au financement non conventionnel destiné exclusivement au budget d'investissement.
Le recours au financement non conventionnel, sera canalisé exclusivement vers le budget d'investissement de l’État et non vers les dépenses de fonctionnement.
Cette canalisation du financement dit non conventionnel permettra de répondre rationnellement aux besoins du développement humain, à la réalisation des infrastructures et à l'accompagnement du développement et de la croissance.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).