Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

Algérie-Conjoncture économique: le message d'espoir et de sérénité du gouvernement "est réaliste" (Ouyahia)

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a affirmé mercredi à Alger que "le message d'espoir et de sérénité politique" adressé par le gouvernement au peuple algérien en cette conjoncture économique difficile, est un message "réaliste".
"J'adresse aux Algériens un message d'espoir et de sérénité politique reposant sur des bases réalistes que nous aurons l'occasion d'expliquer ultérieurement", a indiqué M. Ouyahia dans une déclaration à la presse au lendemain de sa réunion avec les chefs des partis de la majorité parlementaire consacrée à l'examen des grands axes du Plan d'action du gouvernement.
Soulignant que "l'Algérie jouit aujourd'hui d'une liberté d'expression rare et évolue en tant que pays en développement avec ses difficultés et ses succès sous la conduite du Président Abdelaziz Bouteflika", le Premier ministre a ajouté que "la politique éclairée tracée par le Chef de l’État a permis de trouver une sortie à l'impasse financière qu'a connu le pays et partant, poursuivre le processus de développement et préserver la politique sociale, la justice sociale et la solidarité nationale".
Après avoir rappelé que l'Algérie a opté depuis plus de vingt ans pour le pluralisme politique et dispose aujourd'hui d'institutions élues représentatives, M. Ouyahia a souligné que "c'est l'un des rares pays dans le monde dont le parlement est composé de 35 partis politiques". Cette diversité, est une richesse pour l'Algérie, a-t-il estimé.
Pour le Premier ministre, le débat politique sur la conjoncture économique difficile que traverse le pays et les tentatives d'exacerbation du climat politique s'expliquent par l'approche des échéances électorales, ajoutant que "certains saisissent l'occasion pour leurs précampagnes électorales".
Évoquant le Plan d'action du gouvernement, qui sera exposé dimanche prochain devant les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Ouyahia a affirmé que l'objectif premier de ce texte "très riche est de parachever la mise en œuvre du programme du Président Bouteflika, plébiscité par le peuple en 2014", saluant les étapes franchies sur la voie de sa concrétisation durant les trois dernières années et demi à travers le nouveau modèle de croissance approuvé en Conseil de ministres en 2016, la politique de rétablissement des équilibres financiers internes et l'orientation donnée en juin dernier par le président de la République pour promouvoir le financement non conventionnel, objet d'un projet de loi qui sera soumis à l'APN.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).