Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

Crimes de guerre au Yémen : Pas le moment d'enquêter, estime l'Arabie saoudite

Les conditions sur le terrain ne sont pas propices à l'ouverture d'une enquête indépendante pour déterminer si des crimes de guerre ont été commis au Yémen, a estimé mercredi l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Genève, en réponse à la demande du haut commissaire de l'Onu aux droits de l'homme.
L'Arabie saoudite, impliquée militairement au Yémen depuis mars 2015, a formé une coalition internationale pour combattre les rebelles chiites Houthi qui tiennent Sanaa, la capitale, ainsi que la majeure partie du Nord-Ouest, et pour rétablir le gouvernement internationalement reconnu dans ses fonctions.
Les Pays-Bas et le Canada sont favorables à l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu réclamant la mise sur pied d'une commission d'enquête internationale. Outre le moment, selon lui mal choisi, l'ambassadeur saoudien Abdelaziz Alouassil a jugé qu'une commission yéménite serait mieux à même de procéder à ces investigations.
"Nous coopérons pour parvenir, espérons-le, à un compromis", a-t-il déclaré à la presse. "Nous n'avons rien contre une commission d'enquête. Nous avons seulement une discussion à propos du calendrier, pour déterminer si c'est le bon moment de mettre sur pied une commission internationale, étant donné les difficultés sur le terrain", a ajouté le diplomate.
Zeid Ra'ad al Hussein, haut commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, réclame de longue date l'ouverture d'une enquête indépendante et juge qu'elle ne peut être menée par une commission yéménite. Il a déploré lundi que peu d'efforts aient été déployés en ce sens, alors que les Nations unies estiment que le conflit a donné lieu à la crise humanitaire la plus grave à l'heure actuelle.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).