Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

Algérie: 197 hôtels en cours de réalisation à travers la wilaya d'Alger (ministre)

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat, Hacène Mermouri, a indiqué mardi à Alger que 197 hôtels, d'une capacité globale de 39.000 lits, étaient en cours de réalisation à travers la wilaya d'Alger.
Le taux d'avancement des travaux de réalisation de ces hôtels est de 56%, a déclaré M. Mermouri à la presse au terme de sa visite d'inspection dans la capitale, en compagnie du wali d'Alger, Abdelkader Zoukh. Ces établissements hôteliers devraient être livrés au cours des trois prochaines années, a-t-il ajouté.
Une enveloppe financière de 81 milliards de dinars a été allouée à la réalisation de ces hôtels qui mettront à disposition 39.000 lits et créeront 18.000 emplois, a-t-il précisé, rappelant que quatre (4) établissements hôteliers d'une capacité globale de 500 lits avaient été réceptionnés en 2017.
Le ministre a en outre fait savoir qu'une enveloppe financière de 120 milliards de dinars avait été consacrée à la modernisation et à la restructuration de quelque 66 unités hôtelières à travers le territoire national.
Après avoir rappelé les efforts déployés en faveur de la promotion de l'investissement touristique, le premier responsable du secteur a souligné que les investissements dans le domaine du tourisme depuis 2000 s'élevaient à près de 900 milliards de dinars.
M. Mermouri a insisté sur le nécessaire respect des délais de réalisation et des normes de réfection et de réhabilitation des établissements hôteliers pour préserver l'aspect architectural d'origine.
Il a également mis en avant l'importance de la préservation des œuvres archéologiques, notamment au niveau des hôtels antiques, à l'instar d'Es-Safir, proposant de rassembler toutes les œuvres dans une salle d'exposition.
Le ministre a inspecté plusieurs projets, notamment la réhabilitation de l'Hôtel Es-Safir et l'aménagement de la Casbah et de la maison des métiers d'artisanat.
Dans la commune de Zeralda, M. Mermouri a inspecté le projet d'aménagement d'établissements hôteliers relevant de l'entreprise de gestion touristique et le projet de réhabilitation du centre de thalassothérapie de Sidi Fredj.
Le ministre a, par ailleurs, inauguré trois hôtels appartenant à des investisseurs privés dans les communes de Hydra, Kouba et Hussein Dey.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...