Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   APS
  • dimanche 10 septembre 2017 13:05

Algérie : Abdelkader Bouazgui appelle à l’encouragement de l’aquaculture au Sud

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui, a appelé, samedi à Adrar, à l’encouragement de l’aquaculture dans les régions du Sud, en tant que segment prometteur.

S’exprimant lors de sa visite d’une exploitation agricole dans la commune de Mraguène (Nord d’Adrar), le ministre a plaidé pour l’encouragement de l’activité aquacole dans les régions du Sud, en tant que "segment d’activité prometteur, à même de renforcer le marché des viandes localement", selon lui.    

L’existence de quelque 1.500 bassins aquacoles à travers différentes exploitations agricoles de la wilaya d’Adrar constitue un premier jalon dans le développement de cette activité et est susceptible d’assurer une production de poissons d’eau douce à forte valeur nutritive et économique, comme cela se fait dans plusieurs pays ayant développé ce créneau, a estimé M.Bouazgui.

Le ministre a, en outre, mis l’accent sur l’intérêt d’accroitre le nombre de bassins aquacoles dans la wilaya ainsi que de se rapprocher davantage des agriculteurs et des investisseurs pour les sensibiliser sur les perspectives prometteuses de la filière.

"L’aquaculture dans les régions du Sud, un rêve par le passé, est devenue aujourd’hui une réalité palpable, grâce à la volonté des investisseurs dans le domaine’’, a-t-il affirmé à ce propos.  

Sur le même site, M. Bouazgui a écouté les doléances de certains investisseurs, qui se sont articulées autour de la nécessité d’une disponibilité en quantités suffisantes des aliments de poissons ainsi que du règlement de certaines procédures administratives liées notamment aux titres de propriété pour pouvoir accéder aux crédits bancaires.

La wilaya d’Adrar recense 82 personnes exerçant, à travers 140 bassins, l’activité aquacole ayant donné lieu à une production de 39 tonnes de poissons d’eau douce, d’après les données de la direction régionale de la pêche et des ressources halieutiques de Bechar.

Plus de 60 éleveurs de poissons d’eau douce ont suivi des sessions de formation dans le domaine, dont quatre ayant bénéficié d’un cycle de formation en République populaire de Chine, selon la même source. Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche poursuit sa visite de travail par l’inspection de périmètres et d’exploitations agricoles dans diverses régions de la wilaya d’Adrar. 

 

APS



Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?