Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

Algérie-Enseignement professionnel: deux diplômes de technicien et de technicien supérieur dés septembre prochain

Le ministre de la Formation et de l'Enseignement  professionnels et ministre de l'Enseignement supérieur par intérim, Mohamed  Mebarki a annoncé, jeudi à Alger, la révision du cursus d'enseignement professionnel par le remplacement, dés septembre 2017, des deux (02) diplômes d'enseignement professionnel du 1er et du 2ème degrés (DEP1 et DEP2), par un "diplôme de technicien d'enseignement professionnel" de même  classification que le Baccalauréat et la création d'un nouveau diplôme supérieur au niveau 5, appelé "Diplôme de technicien supérieur d'enseignement professionnel" équivalent à deux (02) années d'études à  l'université.
"Dés septembre prochain, il sera procédé au remplacement des deux diplômes sanctionnant actuellement le 1er cycle de l'enseignement professionnel par un nouveau diplôme sanctionnant un cycle unique de 3  années conférant le niveau 4 (catégorie 8), le même que le Baccalauréat,  dans la grille des niveaux de qualification", a indiqué le ministre lors  d'une journée d'études sur l'enseignement professionnel.
A travers la classification de ce diplôme dans la grille des niveaux de  qualification et dans la durée d'études (la même que l'enseignement secondaire), le ministère vise à rendre ce cursus "plus attractif" aux yeux  des élèves et de leurs parents en assurant aux titulaire du diplôme de
technicien supérieur d'enseignement professionnel une qualification professionnelle facilitant l'accés au marché du travail et l'acquisition de connaissances pédagogiques permettant la poursuite d'une formation supplémentaire supérieure de niveau  5".
Le ministre a fait état en outre de la création d'un autre diplôme de niveau 5 dit "Diplôme de technicien supérieur d'enseignement professionnel" d'une durée de 24 mois et classé au niveau 5 ( catégorie 10) dans la grille  des niveaux de qualification.
Il a rappelé que le conseil interministériel du 27 mars dernier a approuvé la nouvelle réorganisation du cursus de l'enseignement professionnel et reporté à une date ultérieure l'institution d'un diplôme de niveau 6.
Cependant, cette proposition "reste de mise" en complément du diplôme de  2ème degré de niveau 5, a-t-il indiqué.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...