Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

L’Algérie abritera le centre de l’UNESCO pour la protection du patrimoine africain

L’Algérie a été élue pour abriter le siège de  l’Organisation onusienne de l’éducation, des sciences et de la culture  (UNESCO) pour la protection du patrimoine africain, a indiqué, jeudi à  Adrar, le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi.
Intervenant en ouverture des travaux d’un colloque international sur "la  protection du patrimoine immatériel africain", le ministre a affirmé que la  localisation de cette organisation en Algérie, dont le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a signé le décret d’approbation de sa création, "intervient en reconnaissance aux efforts fournis par l’Algérie pour la conservation de son patrimoine et le soutien des autres pays africains dans le domaine".
Selon Azzeddine Mihoubi, "l’Algérie poursuit ses intenses efforts pour le classement de tout patrimoine algérien ou commun, dont de nouveaux dossiers de classement ont été déposés au niveau de l’UNESCO, à l’instar des +Keyal  El-Ma+ (mesureur d'eau), ou responsable du partage traditionnel de l’eau des foggaras aux bénéficiaires, la chanson Raï, la distillation de l’eau de  rose et la bijouterie traditionnelle."
"Des dossiers du patrimoine maghrébin, comme le plat du couscous, seront également préparés avec les pays concernés, en plus d’autres dossiers arabes", a également fait savoir le ministre, ajoutant qu'une réunion se  tiendra "la semaine prochaine" à Khartoum (Soudan) pour examiner, dans le  cadre des réunions de l’Organisation Arabe pour l’éducation, les sciences  et la culture (ALESCO), le dossier du palmier, en tant que patrimoine arabe  commun".
Adrar est une "terre du patrimoine en Algérie", en ce sens qu'elle  regroupe différentes cultures, et tout ce qui est legs humain matériel et  immatériel, faisant d’elle la région "la plus attachée et la plus fière de  son patrimoine".
"La constitutionnalisation du patrimoine requiert davantage de soutien et d’intérêt, en tant +qu’âme de l’identité+", a souligné M. Mihoubi, soutenant que le choix du thème de cette rencontre "vient en temps opportun et traduit le second alinéa de l’article 45 de la nouvelle Constitution  stipulant que +le droit à la culture est garanti au citoyen+ et que +l’Etat protège le patrimoine culturel national matériel et immatériel et oeuvre à sa sauvegarde+".

APS


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Je propose que soit intégré dans le patrimoine du centre de l’UNESCO qu’abritera l’Algérie, l’intégralité de la biographie de l’actuel Secrétaire Général du FLN, notre héro national, le Sieur Djamel OULD ABBES, le faux Moudjahid, condamné à mort et faux Docteur en médecine.

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE vendredi 21 avril 2017 16:13
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...