Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

Algérie-USA: entrée en vigueur du Traité d'entraide judiciaire en matière pénale

Le Traité d'entraide judiciaire en matière pénale entre l'Algérie et les Etats-Unis, signé le 7 avril 2010, est entré en vigueur à la faveur de la signature par les deux parties, jeudi à Alger, des documents portant échange des instruments de ratification de ce Traité.
Les documents ont été paraphés par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Hassane Rabehi, et l'ambassadeur américaine en Algérie, Mme Joan Polaschik.
"Nous venons, à travers cette cérémonie, acter l'entrée en vigueur du Traité d'entraide judiciaire en matière pénale que l'Algérie et les Etats-Unis ont signé le 7 avril 2010", a déclaré M. Rabehi, soulignant que l'Algérie "se félicite de cet acquis important qui vient opportunément compléter le cadre juridique de la coopération entre les deux pays".
"Par-delà sa portée politique au plan de notre relation avec un pays ami et un partenaire stratégique de l'Algérie, ce traité traduit la volonté des deux gouvernements de doter notre étroite et excellente collaboration, notamment dans le domaine de la lutte antiterroriste et contre la criminalité sous toutes ses formes, de l'ancrage juridique qui lui a fait  défaut jusqu'à présent", a-t-il expliqué.
La mise en oeuvre des dispositions de ce traité conférera à la coopération judiciaire allégro-américaine, selon le même responsable, "davantage de célérité et d'efficacité" et permettra aux deux pays de "converger leurs moyens et leurs stratégies d'action au service d'une riposte concertée qui soit à la mesure des dangers que posent ces deux fléaux dangereux pour la paix et la stabilité des deux pays".
M. Rabehi a noté que ce traité permettra aux deux pays de "mettre en œuvre leur coopération judiciaire dans le respect de leurs lois respectives, des règles de l'Etat de droit et des exigences en matière des droits de l'homme".
Pour sa part, l'ambassadeur américaine a indiqué que le Traité "fournit un large éventail d'outils pour soutenir cette assistance, notamment la récolte des dépositions ou déclarations des témoins, la présentation de documents, de dossiers et autres éléments de preuve, la localisation ou l'identification de personnes ou d'objets, la remise de documents juridiques, le transfert temporaire de personnes en détention pour témoignage ou autre assistance, l'exécution de mandat de perquisition et de saisie, ainsi que l'assistance à l'identification et au recouvrement des  produits ou instruments de crime".
Elle a ajouté que l'entrée en vigueur de ce traité représente "un nouveau pas dans le raffermissement d'un partenariat bilatéral fort entre l'Algérie et les Etats-Unis", tout en exprimant son souhait de continuer à "collaborer avec le gouvernement et le peuple algériens pour développer davantage la coopération bilatérale dans tous les domaines".

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...