Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

Mauritanie:Mise en place de la commission de fixation des prix des produits de la pêche à l’exportation

La secrétaire générale du ministère des pêches et de l’économie maritime, Mme Khadijetou Mint Bouka a supervisé jeudi, dans les locaux de la société mauritanienne de commercialisation des produits de pêche (SMCP) la mise en place de la commission de fixation des prix de référence des produits de pêche destinés à l’exportation.
La création de cette commission, qui est constituée de 11 membres répartis entre l'administration et les producteurs, (4 pour l’administration et 7 pour les producteurs) s’inscrit dans le cadre des orientations des hautes autorités du pays et traduit les réformes que le secteur a connues ces dernières années et visant à adapter le développement du secteur aux programmes du gouvernement dans les domaines du développement et de la bonne gouvernance ainsi que de la lutte contre la pauvreté et la préservation de la ressource.
La secrétaire générale a précisé que la mise en place de cette commission rentre dans la perspective de la stratégie de gestion responsable pour promouvoir un développement durable des pêches et de l’économie maritime pour la période 2015 – 2019 qui a donné lieu à l’adoption d’un nouveau cadre législatif transparent régi par un système de quotas.
La présentation des résultats de la première année de l’exécution de cette stratégie, poursuit-elle, a permis d’apprécier l’amélioration sensible au niveau des performances du secteur notamment à travers sa contribution aux grands équilibres macro-économiques du pays ainsi que la croissance ascendante de ses indicateurs, notamment les quantités débarquées, les revenus apportés au budget de l’Etat, l’apport en devises en plus des autres retombées économiques et sociales.
Mme Khadijetou Mint Bouka a relevé que la formation de la commission a été marquée par une large représentation de l’ensemble des acteurs du secteur et l’augmentation de ses prérogatives. Aussi cette commission jouit-elle du pouvoir de prendre toute décision s’agissant de la fixation des prix, en plus de l’élargissement des compétences de la SMCP qui vont englober la commercialisation, le suivi, la surveillance et le contrôle des produits de pêche destinés à l’exportation.
A son tour, le président de la commission, le directeur général de la SMCP, M. Ba Abdoulaye Mamadou a indiqué que cette commission va contribuer de manière sensible à soutenir l’économie nationale à travers le suivi des produits de pêche exportés à l’étranger avec y compris la poutargue, les huiles et autres dérivés.

AMI


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...