Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

Algérie:Un chercheur du CDER réalise un prototype de voiture électrique

Une voiture électrique 100% algérienne a été réalisée par un chercheur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), Oussama Touaba.  
Ce prototype, qui convient principalement aux zones urbaines, est d'une  longueur de 2,5 mètres et fabriqué totalement en aluminium afin de lui offrir plus de légèreté et d'agilité pendant la circulation, a expliqué M.  Touaba lors de la présentation de cette voiture à la presse au siège du  CDER (Alger). 
Doté de deux (2) sièges (chauffeur et passager), ce véhicule électrique peut rouler à une vitesse de 40 kms/h, alors que son poids ne dépasse pas les 200 kilogrammes.   Quant à la puissance de cette voiture, équipée de deux moteurs, elle est  de 1,2 kilowatts (équivalent à 1,7 chevaux) avec une vitesse maximale de 40 kms/h qui diffère en fonction de la puissance du moteur et de la qualité des batteries. 
Précisant qu'il détient un brevet d'invention délivré par l'INAPI, M.  Touaba précise que cette invention n'est qu'une première étape d'un long chemin qu'il faudra parcourir pour développer ce créneau et l'intégrer dans une approche commerciale. 
"Notre mission en tant que chercheurs du CDER consiste à arriver à des résultats concrets et à développer des idées qui ont un impact sur le secteur socio-économique national, tandis que la production relève des  investisseurs", a-t-il avancé.
Questionné par un journaliste sur le prix de revient de ce véhicule, il l'a estimé à un coût ne dépassant pas les 700.000 DA. Ce chercheur de 31 ans, titulaire d'un Master en électronique, a précisé que cette voiture serait exposée au Salon national des produits de la recherche scientifique, prévu en mai prochain à Alger, dans le but de la faire découvrir au public algérien et aux investisseurs en automobile. 

APS


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...